Catégories
Le mot des éducateurs

Bienvenue dans l’association Éthique et Chiens!

Retrouvez nos activités d’éducation canine en Savoie : prenez contact avec nos éducateurs !

Nous sommes d’abord des comportementalistes qui avons à coeur de vous conseiller pour une meilleure compréhension mutuelle entre humains et chiens.

Notre éducation canine est résolument moderne, amicale, bienveillante, et efficace.

Notre éthique nous fait bannir toute approche basée sur la peur, la violence, la contrainte ou la compulsion (l’addiction), et nous amène à définir avec vous un cadre cohérent et solide à l’intérieur duquel évolue le chien, qui vit dans un monde fait pour et par les humains.

Catégories
Les petites histoires de chiens

Extrait de balade : Onyx et Fudjaï

Retrouvez les explication sous la vidéo…

https://vimeo.com/510400403

Fudjaï s’intéresse à son environnement immédiat et propose par ses comportements que la rencontre en cours se déroule calmement. Onyx, lui, la fixe frontalement, ce qui n’est pas poli du tout entre chiens !
Donc, Alexandre, l’humain au bout de la longe d’Onyx, lui propose délicatement de passer à une autre activité que “mettre la pression sur Fudjaï”, et Onyx l’écoute merveilleusement bien.

Il est possible que cette indication de longe ait même permis à Onyx de se sortir d’une situation tendue, car il n’a pas encore les compétences pour le faire de lui-même.

Catégories
Les petites histoires de chiens

Glaskow, éthologue 😉

Galskow, éthologue à ses heures, se demande bien pourquoi Nappo (malinois) s’arrête pour observer les joggeurs… 😂

Catégories
Les petites histoires de chiens

Vefa en balade canine

Vefa est une berger d’Anatolie de 15 mois. Elle a l’habitude de s’exciter avec d’autres chiens en liberté depuis ses 2 mois. Du coup, quand elle voit un chien et qu’elle est attachée, l’humain derrière vole à la façon d’un boulet de canon, ou bien lâche la laisse. Et Vefa se rue sur le congénère pour courir autour et mettre l’autre en difficulté.

Et puis un berger d’Anatolie, quand ça se précipite sur vous, ça fait quand même un peu peur!

Alors nous avons proposé à Vefa et son humain de rencontrer Nappo, en laisse de 7 mètres (plus long met l’humain en difficulté aujourd’hui).

https://vimeo.com/510400357

Vefa s’est contrôlée de façon insoupçonnée. La rencontre s’est déroulée calmement, permettant même aux deux chiens d’évoluer à proximité après 30 minutes de balade. Et Nappo, notre aide éducateur favori (non il ne régule rien 😉 ), un malinois miniature 😂, a été extraordinaire pour aider Vefa !

Catégories
Les petites histoires de chiens

Pandora a enfin trouvé sa famille…

Pandora a été adoptée par Christelle à Aix-les-Bains. Nous sommes allés lui dire un “au revoir”, même si nous espérons avoir souvent de ses nouvelles, et la revoir.

Son adoption a pris du temps, beaucoup de temps, et nous nous sommes tant attachées à elle.

Pandora a été si courageuse depuis le premier jour où nous l’avons rencontrée. Elle avait peur de tout et de tout le monde.

Merci à Nathalie, Marine et Thibaut, Chloé et Gwladys, et enfin merci à Christelle!
Nous te souhaitons tous une très belle vie, et nous serons toujours là pour toi.

Catégories
Les petites histoires de chiens

Balade chiens “réactifs” 05.02.2021

Nappo, Malinois mâle entier, et Modjo, Beauceron mâle castré, sont deux chiens adultes plutôt tendus, voire très tendus, lors d’une rencontre avec d’autres chiens.
Pour les aider à gérer leurs émotions et leurs comportements, les deux chiens étaient en laisse de 6 mètres et longe de 15 mètres, en début de balade et à distance.
Laisse détendue, marche lente, attitude relax et directions aidantes, les deux humains se promènent en observant à chaque seconde ce que chacun des chiens fait, et s’adaptent en fonction.

En fait nos balades canines n’ont pas grand chose de ces “balades canines” très répandues, où les humains parlent de la pluie et du beau temps, et où les chiens divaguent avec excitation et courent en tout sens : ces balades là ne seront jamais les nôtres, car elles ne sont adaptées à aucun chien.

Nous sommes encore loin de nos balades idéales où une petite dizaine de chiens explorent calmement leur environnement ensemble. Nous sommes en route vers cet objectif.
Nos chiens d’adhérents ont encore beaucoup à apprendre pour évoluer calmement ensemble. Mais que de belles choses déjà, lors de la première ou deuxième balade en binôme !

Les chiens “réactifs” sont les bienvenus, car nous ne ferons jamais de lâchers sauvages de chiens ensemble.

La laisse, manipulée avec finesse, est parfois notre meilleure amie, et nous permet de proposer un départ serein pour une balade commune sereine.

Chacun, mis en présence de n’importe quel chien, dans un contexte où l’humain n’est pas en capacité d’aider son chien, est capable d’être “réactif”. Par exemple, si un chien en liberté vient frontalement et sans retenue, ou si les deux chiens étaient lâchés. Alors la laisse, consciencieusement maniée, est un outil indispensable.

Ici et aujourd’hui, Nappo n’a pas été lâché étant donné qu’il est capable de foncer sur des chiens qui apparaissent à 100 mètres. Modjo, lui, a été détaché.

Catégories
Parc à chiens de Challes-les-Eaux

Le parc à chiens de l’Église, c’est fini

Aujourd’hui les clôtures du parc à chiens de l’Église ont été enlevées et le parc n’offre plus de sécurité aux chiens désireux d’être lâchés.

De même l’association Éthique et chiens n’en assure plus la maintenance.

Merci de contacter la Mairie de Challes-les-Eaux pour toute question au sujet du parc à chiens.

Catégories
Les petites histoires de chiens

Balade canine N°1

Notre première balade canine avec Nappo, Modjo et Paupie!
3 chiens qui sont socialement à fleur de peau.

Nous avons respecté chacun d’entre eux : lorsqu’il ne souhaitait pas être approché de trop près par un chien, nous l’avons écouté.
Le maniement de la longe, la vitesse de marche, les directions données par l’humain…tout cela a permis d’aider chaque chien.

De jolies surprises étaient au rendez-vous! Merci à Thierry, Elsa, Nathalie, Théo, et Chloé!

Catégories
Compte-rendu d'activité Le mot des éducateurs

Ce qu’on a appris ce week-end

Ce week-end, la Dr Amber Batson nous a permis, pendant 16h, d’affiner encore notre compréhension du chien et des comportements canins, sous l’éclairage de la médecine vétérinaire moderne. De nombreuses sources citées sont très récentes puisque ce sont des publications (revues par des pairs) datant de 2019 voire 2020 !

Notre approche en ressort renforcée, plus pointue encore…et toujours dans la même direction : mieux comprendre, mieux agir, dans le respect du chien (et de ses humains), de la façon la moins intrusive possible et la plus efficace.

Quelques idées phares

Le calme

  • La plupart des comportements indésirables se produisent en état d’excitation
  • La plupart des comportements désirables se produisent en état de calme

Conclusion évidente : pour que notre chien propose des comportements qui nous plaisent, favorisons le calme !

Le calme n’est pas un comportement, c’est un mode de vie

Dr Amber Batson

La pratique rend permanent

En anglais : “Practice makes permanent”.
On parle ici, techniquement, de potentialisation à long terme (LTP : Long-Term Potentiation). C’est un phénomène naturel et inévitable qui se produit dans le système nerveux, plus particulièrement dans le cerveau.
Simplement, plus un chemin nerveux est activé, plus il y a de neurotransmetteurs générés sur ce chemin et plus il y a de récepteurs créés sur ce chemin.
Donc, plus un chemin nerveux est activé, plus il est facilement activé.

Autrement dit : plus un comportement est répété, plus il est facile à répéter !
Si nous ne voulons plus d’un certain type de comportement, nous devons faciliter les changements structurels correspondants dans le cerveau !
(exemple très technique : plus il y a d’excitation (=”arousal”), plus l’amygdale grossit. C’est un changement physiologique observable et majeur !)

Qu’en retirer pour notre pratique de rééducation ? Qu’il faut préparer le cerveau avant de lui demander de réapprendre de nouveaux comportements et d’oublier petit à petit les anciens.

Prepare the brain before you retrain !

Dr Amber Batson

Le stress

Petit point sur le cortisol, une des hormones emblématiques du stress — au sens physiologique du terme !

Le cortisol abîme les tissus, abîme l’hippocampe et donc empêche/ralentit la formation de nouvelles mémorisations.
Donc le stress implique des capacités d’apprentissage réduites, anatomiquement !
Les lésions tissulaires dues au cortisol peuvent durer des heures, jours, semaines, même si le cortisol lui-même a une vie d’environ 6h dans l’organisme.

Si on veut apprendre, si on veut que notre chien apprenne, nous avons intérêt, mécaniquement, à ce que son organisme soit calme. Et attention : l’épuisement physique n’est pas du calme. Un chien peut dormir, épuisé, alors que son organisme est littéralement brûlant de stress ! (Après avoir couru plusieurs fois après une balle par exemple).

Alors, répétons-le :

Le calme n’est pas un comportement appris, c’est un mode de vie !

Dr Amber Batson
Catégories
Les petites histoires de chiens

Balades canines

Nous avons entamé l’organisation de balades canines simples, mais éducatives, où chaque chien est respecté, écouté, par les autres chiens et pour cela nous aidons les chiens à éviter déplacements rapides et excitation.

Voici Glaskow et Nappo!

Catégories
Le mot des éducateurs

PLAIDOYER pour un chien de famille émancipé et apaisé

Oyez Oyez ! PLAIDOYER pour un chien de famille émancipé et apaisé

Il est d’usage et apprécié que notre chien obéisse. Un chien obéissant est gage de chien bien éduqué, qui ne dérange personne. Un chien obéissant est un chien qui s’assoit quand on lui demande, qui se couche sur ordre, ou revient dès qu’on le siffle. Mais aussi c’est un chien qui souvent ne doit prendre aucune initiative : choisir une direction de balade (mais il y a de la boue!), réclamer à manger parce qu’il a faim (mais c’est pas l’heure!), demander d’aller en balade (mais il fait froid!), demander de l’attention ou de l’affection (mais je suis fatiguée) , venir près de vous sur le canapé (flûte, des poils!), etc. Bien au-delà encore du chien qui doit obéir au doigt et à l’oeil de son « maître », qui ne doit prendre aucune initiative, il ne doit surtout pas faire des trucs de chiens. Flairer un excrément, creuser un trou dans de la terre, se rouler dans la boue ou un excrément, flairer tout au long d’une balade en s’arrêtant très souvent, aller poliment au contact d’un congénère, mastiquer un os puant et gluant, ce sont pourtant des activités essentielles pour les chiens.
Toute initiative de la part du canidé sera réprimandée, ou simplement refusée.

Deux mondes se heurtent : un monde humain aseptisé et socialement encadré, et un monde de chiens où odeurs et matières sont synonymes de plaisir et de communication canine.

Comme si obéir, ne prendre aucune initiative, et ne faire aucun « truc de chien » ne suffisaient pas, le « maître » régente ce que le chien mange, quand il mange, quand il se balade, où il se balade, sous la pluie ou sur un bitume à 40 degrés, le collier qui étrangle et fait mal, quand il fait ses besoins, où il fait ses besoins, les chiens rencontrés, les humains rencontrés, les lieux visités, par quel vétérinaire il est soigné, s’il est soigné, comment et quand il est soigné,…
Les choix faits par un chien sont inexistants. Le chien n’a même pas le choix des personnes avec qui il vit, et donc n’a pas le choix d’aimer qui il veut : ses colocataires s’imposent à lui.

Nous savons que le cerveau d’un chien, les émotions d’un chien, sont semblables à ceux d’un humain.
Alors imaginons nous une journée seulement, avec un « maître ». Celui-ci ne nous demanderait pas notre consentement ni notre avis sur quoi que ce soit, nous demanderait d’obéir à toutes ses demandes, instantanément sans négociation, nous interdirait de boire ou manger ou d’aller aux toilettes tant qu’il ne nous l’autoriserait pas. Nous ne pourrions ni téléphoner, ni surfer, ni lire, ni nous installer confortablement, ni faire de l’activité, ni nous occuper, ni voir nos amis, ni choisir nos amis, ni choisir notre menu, ni prendre un médicament contre la douleur, étant privé d’un accès à tout. Imaginez que quand le « maître » partirait, non seulement nous devrions attendre son retour pour espérer faire nos besoins, manger ou boire, nous habiller, nous laver, ou tout autre chose encore…mais en plus, sans assurance que le « maître » revienne, au mieux sans savoir quand il reviendra.
Imaginez vous dans ce contexte, et imaginez votre détresse psychique (ennui, ruminations, anxiété,…), votre estime personnelle cassée, votre détresse physique (douleur, faim, soif, envie pressante, froid, chaleur, manque d’activité, vêtements inconfortables, pas de canapé ni lit, …). Seriez-vous un compagnon de vie agréable, épanoui, confiant, et en pleine santé, auprès de votre « maître »? Assurément Non!
Comment dites-vous? Cela s’appelle de l’esclavagisme? C’est un abus de pouvoir?
Nous connaissons tant, et plus que jamais, la valeur de notre liberté.

Ce monde imaginaire cauchemardesque, c’est le monde du chien.
Comment pensez-vous que le chien survit dans ce monde? Personnellement je ne sais pas comment un chien peut survivre sans souffrir de dépression, privé de liberté.

Contrôler tous les aspects de la vie d’un chien, ne lui laisser aucun choix, et en même temps lui demander d’être sympa, d’agir correctement, d’être à votre écoute, collaboratif, serein, en pleine forme, pour que nous ne soyons pas dérangé…y a pas un truc qui cloche?
Des chiens qui ne choisissent pas assez pour leur propre vie sont stressés, et ont des comportements désagréables ou incontrôlables, apeurés, méfiants, agressifs, excités, impulsifs, impolis. Il ont des difficultés à apprendre ou à répondre à vos demandes. On tentera de mettre encore plus de contrôle sur ces chiens là, sans succès, qui finiront à l’euthanasie ou en refuge.

Et imaginez encore : si notre chien trouvait du plaisir à reprendre un peu le contrôle sur sa vie, et si du coup ce même chien était moins stressé, moins malade, plus coopératif?
Ca vaut vraiment le coup d’essayer, non?

Permettons à notre chien de famille :
De faire des trucs de chiens salissants et odorants
De ronger des os gluants et odorants
De sentir un excrément ou un objet rencontré
De choisir la direction de la balade
De choisir de rencontrer un copain
De choisir où se coucher
De choisir sa nourriture préférée
D’être soulagé quand il a de l’arthrose
D’être habillé l’hiver quand il fait froid
Et plein d’autres choses encore à votre guise. Lâchez-vous!

Evidemment, souvent nous devons faire des choix pour nos chiens, afin de préserver leur sécurité, ou parce que le chien est incapable d’aller au supermarché faire ses courses, et que renverser les poubelles des voisins n’est pas viable. Mais partout où c’est possible, si nous laissions notre meilleur ami choisir?

Et fuyez les dresseurs et éducateurs qui vous demandent de contrôler tout de la vie de votre chien, sous prétexte qu’un chien doit obéir, et connaître les ordres de base (militaires). Ce sont des persécuteurs, même armés de saucisses à la place de colliers étrangleurs.