COERCITION : action de contraindre quelqu’un à faire, ou à s’abstenir de faire, quelque chose, par la force physique ou psychologique

Cette définition n’est donc pas propre à l’usage de la peur ou la souffrance comme contrainte, mais la coercition c’est aussi le fait de contraindre autrui par une manipulation mentale (par l’addiction, ou l’accès à l’eau ou la nourriture).

Chaque propriétaire de chien met le curseur là où il le souhaite sur l’échelle de la coercition…en fonction de ses valeurs, son éthique, ses sensibilités, et ses croyances. Tout ceci étant susceptible de varier à mesure des rencontres, des découvertes, du savoir et de la maturité !

La coercition implique que l’individu n’a pas le choix : il doit faire, ou ne pas faire, ce que autrui a décidé. Cet acte peut avoir – par hasard – du sens pour celui qui est contraint, mais souvent celui-ci aurait agi différemment dans la situation s’il avait été libre de choisir.

Le coercitif : c’est contraindre l’autre par un moyen.
Pour nous un harnais qui a une sangle devant les épaules et une attache sur le poitrail est coercitif. C’est une contrainte physique, qui n’apprend rien au chien, si ce n’est que ce qu’il porte est un peu ou très désagréable, et l’oblige à compenser par des mouvements articulaires ou musculaires pour être moins gêné.

Il y a des tas de façon d’apprendre à son chien à bien se comporter sans coercition : grâce à la collaboration, l’explication, l’accompagnement éducatif, la complicité, la négociation,…en s’appuyant sur l’intelligence du chien, qui est tellement plus qu’une machine à obéir et à contenter l’humain.

Oui bien sûr il y a de la coercition dans la vie du chien, au quotidien :

  • dans la marche en laisse, le chien ne peut pas aller où il veut…
  • dans la maison : le chien ne peut pas sortir quand il veut
  • pour manger ou faire ses besoins : le chien ne choisit pas quand ni quoi manger
  • quand on lui crie dessus pour l’apeurer et l’empêcher de faire quelque chose qui ne nous plaît pas
  • etc…

Donc, n’en rajoutons pas. Nous demandons au chien de s’adapter à notre monde humain constamment, que de contraintes déjà!

Serions-nous, nous humains, capables de nous adapter dans un univers fait par et pour le chien? Serions nous capables de supporter autant de contraintes que nos chiens?