Un individu s’approche de nous. La distance à laquelle il se trouve… impacte directement notre bien-être :

  • loin de nous, tout va bien : il est dans la zone « verte »
  • plus proche de nous, cela commence à être gênant : il est dans la zone « orange »
  • trop proche de nous, cela énerve, ou fait peur, en tout cas nos réactions commencent à être potentiellement plus violentes : il est dans la zone « rouge » !

Pour le chien, c’est la même chose. A tout moment, autour de notre chien, se déplacent des zones de confort comme sur le dessin ci-dessous :

Autour du chien, trois zones de confort
3 zones concentriques autour du chien, de la moins confortable à la plus confortable

Evidemment, la taille de chaque zone à tout instant varie en fonction de l’individu, du contexte, de la situation.
Par exemple, un chien qui a mal ou qui a peur aura probablement à ce moment-là une zone « d’inconfort » assez étendue, il faudra rester suffisamment loin pour ne pas le déranger.
Un chien qui voit arriver un copain bien connu voit sa zone rouge rétrécir énormément afin de laisser venir l’autre et potentiellement engager des comportements très proches : flairage, jeux…

Croisements

Pour croiser un individu (humain, chien…) ou un objet (en mouvement ou immobile) il est essentiel de prendre en compte les zones de confort de notre chien.
Passer trop près, proche de la zone rouge, va déclencher des émotions négatives et des comportements ayant pour but d’éloigner l’individu ou l’objet jusqu’à une distance confortable, dans la zone verte. Le chien en inconfort peut chercher à s’éloigner, s’il le peut, ou à éloigner l’intrus en le menaçant.

On voit que la politesse canine implique par exemple de se croiser « en courbe » pour éviter de rentrer de plein fouet dans les zones orange/rouge de l’autre.

Politesse

Les comportements polis visent à agrandir la zone verte du partenaire ; les comportements impolis ont tendance à agrandir la zone rouge !
Par exemple, regarder de face, fixement, sans bouger, et de haut, sont des comportements très impolis pour un chien. Or, c’est souvent l’attitude que nous adoptons pour appeler un chien à venir vers nous !

Pourquoi faire ?

Respecter les zones de confort de notre chien, tout comme celles des chiens des autres, a pour conséquences :

  • d’améliorer l’harmonie entre tous et de rendre la vie plus facile
  • d’éviter les comportements « indésirables » pour nous humains : aboiements, grondements, jeter de dents, fuite…qui ont en commun qu’ils cherchent à sortir l’autre de la zone d’inconfort pour le ramener dans la zone acceptable.

Apprentissages et rééducation

Lorsque le chien est dans sa zone verte, tout va bien, émotionnellement il est disponible pour réaliser un nouvel apprentissage.

Lorsque le chien est dans sa zone rouge, il est en mode réactif :  » Combattre, Faire le mort, Fuir « . Ce n’est pas possible pour lui de réaliser des apprentissages constructifs à ce moment-là. En revanche l’apprentissage associatif fonctionne à plein régime : tout ce qui est perçu par le chien pendant cette période est potentiellement associé à l’émotion ressentie : peur, colère…

Et lorsque on souhaite aider son chien à « désapprendre » les comportements qu’il a associé à ces émotions de zone rouge, il faut pratiquer une désensibilisation progressive. Il s’agit de déplacer légèrement le chien depuis sa zone verte vers une zone orange où il doit réfléchir pour s’adapter : on le fait passer de « tout va bien sans effort » à « ça va aller, je gère », en le guidant quant à la façon dont il « gère » !

Apprentissages et zones de confort