Catégories
Le mot des éducateurs

Contact !

Le texte qui suit est une traduction d’un article de Turid Rugaas.
On y parle de “contact visuel” pour désigner un regard direct “les yeux dans les yeux”.

L’entraînement au contact — et LA question.

Comme toutes les modes, ça aussi ça a été inventé par quelqu’un. Qui, quand et où n’a pas d’intérêt. POURQUOI est une question clé, et cela me donne un réel mal de tête d’essayer de trouver ce que l’intention peut bien avoir été.

Avez-vous jamais enseigné l’entraînement au contact entre personnes ? Et comment ce contact devrait-il être ? Maintenir un contact constant du regard ? cela provoquerait probablement une peur bleue chez certains. Toucher ? cela, définitivement, leur ferait peur. Et quelle en serait l’intention ?

Quand on parle d’un meilleur contact entre personnes, nous voulons dire se parler l’un l’autre. Parler et écouter. Peut-être cela devrait-il être la même chose entre vous et votre chien ?

Les chiens sont bien plus sensibles que nous au contact visuel, et le ressentent comme une menace quand ils sont fixés du regard. Les chiens avec des compétences sociales polies ne se fixeraient jamais du regard, ils regarderaient ailleurs, cligneraient des yeux, ou éviteraient la fixité du regard d’une quelconque façon.
Nous le savons. Nous savons aussi que nous ne devrions jamais regarder fixement un animal dans les yeux. C’est une provocation et ça augmente le pouls et la tension de l’animal, lui faisant ressentir qu’il pourrait avoir besoin de se préparer à se défendre. Et souvent, à la fin, il le fait.

L’entraînement au contact, tel qu’ils l’apprennent dans de si nombreuses classes, signifie apprendre au chien à conserver un regard fixe constant avec vous. Pourquoi ??? Pour le menacer ? pour le faire se sentir tendu et pas bien ? Le chien va essayer de regarder ailleurs, cligner des yeux, bouger ses yeux d’un côté à l’autre parce qu’il est en inconfort avec ce regard fixe, sachant que c’est menaçant, et il ne veut pas être menaçant.

Recevoir une friandise pour ça, ou une balle avec laquelle jouer, n’enlève pas la sensation désagréable.

Alors pourquoi le faisons-nous ? C’est la question à 1 million de dollars…

Lorsque je faisais des compétions d’obédience au plus haut niveau, loin dans les années 70 et 80, nous n’exigions pas de contact visuel. Ma chienne a gagné de nombreux prix pendant ces années sans me regarder fixement. En jetant un regard une paire de fois juste pour vérifier quelque chose, mais jamais de contact visuel. Cela signifiait aussi qu’elle pouvait marcher droit, sans avoir à tordre tout son corps pour regarder vers le haut, et tordre le cou dans une position douloureuse. Donc, elle n’a jamais eu de cou raide et douloureux, ou de douleur musculaire à cause du corps tordu pendant le travail de précision au pied. Elle pouvait se déplacer avec les mouvements fluides et beaux qu’un chien a lorsqu’il maîtrise un équilibre complet de son corps.

Ce contact visuel a commencé à apparaître en compétition, pour la seule raison que quelqu’un a pensé que ça apparaissait fabuleux, sans aucune pensée pour ce que cela faisait au corps, ni pour le fait que le chien se sentait mal.

Un des arguments était que les chiens aimaient ça car ils battent de la queue en le faisant. Faux. Parce qu’ils avaient à faire quelque chose dont le chien sait que c’est impoli et mal, ils avaient à utiliser un autre signal d’apaisement pour éloigner la menace : battre de la queue.

Les chiens utilisent leur queue de nombreuses autres façons que pour montrer leur joie. Ils essaient d’amadouer un propriétaire fâché et le faire se calmer. Et pour rendre meilleure une situation désagréable. Si vous êtes en colère contre votre chien, il montrera de nombreux signaux de peur et apaisants, mais aussi souvent battra de la queue — souvent frénétiquement.

Au début c’était juste utilisé en compétition par des propriétaires ambitieux qui voulaient se mettre en valeur de façon spectaculaire. Ils n’en voyaient pas les risques sur la santé. Cela a pris de nombreuses années avant qu’on commence à apprendre des choses sur l’équilibre corporel, et en quoi les mouvements et ce que nous faisons avec nos chiens affectent l’ensemble du corps. On en sait plus à ce sujet maintenant, grâce aux études et à la recherche scientifique sur les muscles, articulations et la structure globale du chien. L’équilibre est la clé pour un corps en bonne santé, et aussi des façons variées de se mouvoir, en particulier se mouvoir librement. Dès qu’on les force à se déplacer en déséquilibre, avec un corps tordu, un cou tordu, on fait quelque chose de mauvais pour la santé du chien.

J’ai trouvé terrible de regarder des chiens être entraînés de cette façon, donc j’ai arrêté les compétitions, aussi parce que je trouvais ça ennuyeux, mais cela ne procurait plus de plaisir de voir la direction dans laquelle ça allait.

Mais le pire restait à venir.

Sur les 20 dernières années nous avons de plus en plus de chiens appelés réactifs. Des chiens qui réagissent et en font des tonnes à la vue d’autres chiens et parfois de personnes, vélos, voitures etc… 9 chiens sur 10 qui me sont amenés pour leurs problèmes, sont réactifs. Comme j’ai pratiqué la résolution de problèmes avec 30 000 à 40 000 chiens, le grand nombre de chiens réactifs est effrayant.

J’ai commencé à travailler sur des moyens de les aider, et ai trouvé quelques méthodes simples qui fonctionnaient sans raté, et qui semblaient leur enseigner pour toute leur vie. Ils apprenaient réellement, et changeaient.

Par la suite, des soins et entraînements pour les chiens réactifs sont apparus en toutes sortes de variétés. Les méthodes apparaissaient et disparaissaient, et de nouvelles venaient au jour. L’une d’elles a eu une espérance de vie plus longue que les autres, et est basée sur — exactement : le contact visuel.

Cette mode est populaire aussi parmi des gens qui devraient être plus avisés. Les propriétaires de chiens ordinaires sont excusables, car ils reçoivent des informations venant de quantité de sources et ont du mal à s’orienter entre toutes. Souvent ils n’ont pas la confiance en eux nécessaire à penser par eux-mêmes. Mais des entraîneurs, qui devraient avoir des connaissances non seulement en entraînement, mais aussi en muscles, mouvements, équilibre, articulations, et en langage canin, lorsqu’ils l’utilisent et ne voient pas ce qu’ils font au chien, alors je pose un gros point d’interrogation sur leurs compétences.

La plus populaire des méthodes récentes d’entraînement ressemble à ça :
Le chien réactif est promené en marchant — en laisse courte pour le contrôle, bien sûr. Lorsque un autre chien apparaît, on exige du chien réactif soit qu’il fasse assis et établisse un contact visuel avec son propriétaire, soit qu’il marche au-delà avec un contact visuel, et qu’il soit gavé de friandises pendant tout ce cirque.

Regardez le chien.
Il gobe les friandises évidemment, comme les chiens le font d’habitude, mais qu’apprend-il ?
Rien. Absolument rien.
Le contact visuel signifie courber, tordre le cou d’une façon qui doit nécessairement être douloureuse. Essayez vous-même. Vous serez peut-être OK pour 2-3 ou même 5 secondes, puis la douleur s’installe. Une réelle douleur ! Si vous devez faire cela souvent, votre cou devient tellement raide et douloureux à la fin, que vous allez y gagner un mal de tête, des douleurs dans le dos, cela s’étend dans tout le corps, faisant bouger le chien et utiliser son corps d’une façon qui montre de la douleur, et devraient allumer le feu rouge. Votre chien est en danger.

Donc — il doit vous regarder pendant que l’autre chien est en train de passer, ressentant de la douleur dans son cou, et il doit vous regarder dans les yeux, ce qui augmente son pouls et le fait se sentir mal, et il sait que l’autre chien est en train de passer mais n’est pas autorisé à voir ce qui se passe. Il y a un monstre derrière lui, et il n’est pas autorisé à voir ce que le monstre a en tête.

Pensez-vous réellement qu’il se sent bien dans cette situation ? et qu’il apprend à gérer ?
Non.
La seule personne qui bénéficie de cet entraînement est vous, qui sentez que vous avez du contrôle. Votre chien n’apprendra jamais à gérer de cette façon.

Avec ce type d’entraînement au contact il est uniquement question de contrôle, et d’aucun apprentissage. Nous voulons nous sentir bien, montrer aux gens qu’on a le contrôle, et ne pas se sentir embarrassé mais être capable de briller en montrant à quel point nous sommes bons.

Stop ! Il ne s’agit pas de ça !
Entraînement au contact — quel mot piège. Cela n’a rien à voir avec le contact avec votre chien. C’est seulement du contrôle, contrôle, contrôle.

Si vous voulez du contact avec votre chien, vous devez faire des choses complètement différentes. Vous devez respecter son langage, son inconfort physique, ses émotions, et ne pas le transformer en animal de cirque, juste parce que vous voulez du contrôle.

Cela ne devient pas plus gentil parce que vous le gavez de friandises.

Faites-le de la bonne façon.
Commencez avec de la marche en parallèle, des promenades sociales, faire des courbes pendant les rencontres, et laissez-le avoir la distance dont il a besoin. Pas de commandes, et laissez-le regarder de façon qu’il sache ce qui se passe. Utilisez une barrière si nécessaire au début, laissez-le avoir des choix, faites-lui sentir qu’il peut gérer ! Quand le sentiment de gérer apparaît, il apprend vite, gagnant la confiance en soi nécessaire pour gérer d’abord des situation simples, et rapidement de plus en plus de difficultés. Un chien qui a appris à gérer ne sera pas aisément agacé ni réactif, probablement pas du tout.

Avoir le contrôle du chien à ce moment n’a rien à voir avec l’apprentissage. Le contrôle va rendre le chien impuissant. L’impuissance va rendre les chiens stressés, peu sûrs, réactifs ou dépressifs — selon leurs caractères. Mais ils n’apprennent jamais à gérer.

Donc la grande question est toujours : pourquoi utilisez-vous l’entraînement au contact ?
Cela n’a rien à voir avec le contact réel, c’est physiquement malsain et douloureux, cela va à l’encontre de tout ce qu’un chien est — un animal social, poli qui ne se comporterait jamais comme cela envers les autres chiens et les gens, cela crée des problèmes, et le chien n’apprend rien à partir de cela.

Je me sens d’humeur à démarrer une campagne anti-contact. Et si vous aimez réellement votre chien :
Faites-lui la faveur de ne pas avoir à vous offrir de contact visuel.
Peut-être qu’à un certain moment, dans le futur, nous serons en mesure de raconter un conte à nos petits-enfants :
Il était une fois un troll nommé Contrôle…

Traduit de Turid Rugaas
Texte original : http://www.turid-rugaas.no/contact.html