Article très enrichissant sur l’approche préhistorique de l’éducation canine de ( trop nombreux ) « éducateurs canins ».

Education canine musclée : le syndrome du dompteur de lion

Je comprends que ces gens sont avant tout des gens qui ont peur. Ils ont peur de la nouveauté, peur de se remettre en question, peur d’apprendre que ce qu’ils font est mauvais, peur des autres car ils se comparent sans cesse pour trouver une position « dominante » , peur des chiens…
Malgré toute mon empathie envers ceux qui ont peur, moi, Thierry, je n’arrive pas à les considérer avec bienveillance tant qu’ils restent enfermés dans leurs schémas fermés. Pourquoi tant de dureté de ma part ? Parce que :

  1. ce n’est pas eux que leur peur affecte le plus, c’est un autre être vivant !
    Cet être vivant qui n’a jamais rien demandé d’autre que de donner et recevoir de l’amour, c’est le chien – et parfois les humains qui accompagnent le chien.
  2. personne ne les a obligés à devenir « éducateur de chiens » ! C’est leur choix personnel que de se mettre en posture d’exercer leur pouvoir sur d’autres.

Pour finir, voici le dialogue imaginaire que je rêve de tenir à ces gens qui se protègent derrière leur « expérience » pour justifier leur pratique :

moi : "C'est de la m... ce que tu fais là"
lui : "Ça fait 20 ans que je le fais !"
moi : "Eh bien ça fait 20 ans que tu fais de la m…".

Malheureusement ce dialogue n’aura pas lieu. Car ces gens-là se cachent derrière de nombreuses parades pour éviter tout dialogue. Probablement parce que certains ont quand même l’intelligence de comprendre que le dialogue impliquera une certaine dose, même minime, de remise en question.

 

Laisser un commentaire