Catégories
Le mot des éducateurs

Re-Naissance : le super compagnon fidèle champion d’obédience

Pour ceux qui me connaissent, ce titre a de quoi rendre perplexe : que vient faire un “champion d’obédience” dans ces pages ?

Tout simplement, je continue à conseiller à l’adoption un chien qui sera le compagnon parfait pour certaines familles. Pour le même prix qu’un chien de race, vous aurez :

  • un chien propre dès le premier jour
  • un chien qu’on n’a pas besoin de nettoyer
  • un chien jamais malade (quoique…)
  • un chien toujours disponible
  • un chien qui obéit immédiatement à la moindre demande
  • un chien qui vous suit partout quand vous le voulez
  • un chien qui va recharger ses batteries régulièrement sans embêter quiconque
  • un chien qui n’a pas besoin d’aller se promener
  • un chien qui n’a pas besoin d’aller rencontrer des congénères, il n’est pas social
  • un chien qui n’a peur de rien
  • un chien qui ne coûte rien en alimentaion
  • un chien supermignon super-kawaii

Là encore, ceux qui me connaissent savent que je ne plaisante pas…malheureusement.

Catégories
Le mot des éducateurs

Addiction et éducation

Je lisais un commentaire sur le réseau asocial dont le nom commence par F… , et ça m’a fait réagir :

Quand je vois la lumière que ma chienne a dans les yeux quand je prends la pochette de récompenses, je n’ai aucun doute que ce n’est pas indispensable, mais très plaisant pour toutes les deux…

Alors voilà :

Dessin Bouffe=Came
Quand manger est une addiction…

Quand je vois la lumière dans les yeux de l’addict à qui on tend sa came, je n’ai aucun doute sur le fait que ce soit intensément plaisant pour deux. L’addict pour sa récompense immédiate, pour le dealer aussi d’ailleurs.

Aujourd’hui je refuse de jouer le rôle du dealer, c’est ma petite victoire sur l’addiction, la nôtre à nous humains, qui peut nous pousser à monnayer la came.

Parce qu’il ne faut pas se leurrer : si la récompense est donnée seulement selon des critères de performances (de performer, faire) alors on en fait l’objet d’une transaction.

Si la récompense est donnée simplement parce que on est bien ensemble, là à la rigueur on renforce le lien… Tout simplement on échange.
Je crois que la question est posée : transaction ou partage ?


Application pratique :

Dans ma petite vie avec mes gentilles chiennes de refuge trauma (chacune dans son registre), j’ai décidé de simplement partager mes croûtes de fromage comme ça, sans règle, simplement parce qu’à cet instant on est tous les 2,3,4 dans la cuisine en même temps.
Je crois que je suis passé de “Je t’aime si…” à “Je t’aime…tout court”.

Catégories
Compte-rendu d'activité Le mot des éducateurs

Connexion humain-chien dans les déplacements : première session de Sylvie et Nice

Cette semaine, une toute première session avec Sylvie et Nice qui apprennent à évoluer ensemble.
Quelques extraits choisis et commentés dans la vidéo…

 

Catégories
Le mot des éducateurs

Cours de chant chez Ethique et Chiens ;-)

What est notre première élève, volontaire, pour tester le cours de chant canin, d’Ethique et Chiens…

Sur un air pas trop symphonique de “sonnerie de téléphone filaire”, une improvisation vocale de What.

Si on parvient à motiver d’autres élèves, on commercialise le cd “Wouf Wouf Songs”. Intéressé à participer?

Catégories
Le mot des éducateurs

Prestations d’éducation canine en Savoie avec Éthique et chiens

Nous sommes heureux d’annoncer que les prestations d’éducation canine d’Educaplus sont désormais ouvertes à tous à travers l’association loi 1901 Éthique et chiens , en Savoie.
Notre objectif est ainsi clairement défini : faire bénéficier au plus grand nombre de prestations éducatives modernes et de notre approche respectueuse éco-logique .

Contactez-nous sans hésiter !

Catégories
Le mot des éducateurs

Les chiens utiliseraient des mimiques pour communiquer avec nous

Un article de bfmtv en passant, et mes commentaires :
http://www.bfmtv.com/…/les-chiens-utiliseraient-des-mimique…

En effet, on sait depuis assez longtemps que les chiens communiquent énormément avec leur faciès (environ 400 muscles peuvent être mobilisés pour des micro-expressions précises mais fugaces), et cette étude confirme qu’ils communiquent avec les humains en utilisant ce langage aussi.

Deux remarques sur la conclusion de l’article de BFMTV :

  • “ces travaux ne permettent pas d’affirmer que les chiens ont conscience de ce qu’un être humain peut penser ou ressentir face à ses mimiques” .
    C’est correct, cet article ne le permet pas, en revanche de nombreux autres travaux montrent que les chiens possèdent définitivement une théorie de l’esprit ; ils ont très certainement une théorie sur ce que l’humain pense ou ressent en fonction des mimiques qu’ils produisent, tout comme ils en ont une sur leurs congénères…
  • “une faculté considérée comme un signe d’intelligence élevée, propre de l’homme”
    Il est en effet communément considéré qu’une théorie de l’esprit couplée à un langage est signe d’un “haut degré d’intelligence”.

Cependant, et là je m’insurge :
“propre de l’homme” est une aberration totale qui ignore superbement tous les travaux scientifiques concernant les animaux non-humains dotés de cette forme d’intelligence.

Personnellement, je rêve de pouvoir lire et entendre des informations pertinentes, libérées de ce genre de credo religieux, bien camouflé en lieu commun.
Car ne nous voilons pas la face, il s’agit bel et bien d’un héritage conceptuel venu des “grandes” religions monothéistes, christianisme, islam… de déclarations arbitraires visant à décrire le monde tel qu’on le souhaite et pas nécessairement tel qu’il est (en bref, une religion.).
Je m’interroge d’ailleurs : quitte à choisir une description arbitraire des capacités intellectuelles et sensibles des animaux, humains et non-humains, pourquoi ne pas choisir celle partagée par plus de 2 milliards de … bouddhistes? 😉

Catégories
Le mot des éducateurs

Petite histoire de résilience canine

What est arrivée il y a un an chez nous, au milieu de 2 autres chiennes. Elle boulottait du tissu. Elle avait une « réactivité » face aux congénères (je n’entrerai pas dans le détail). Elle a mordu deux fois chez nous. Nous avons continué à lui présenter des chiens (pas n’importe qui, pas n’importe comment). Elle ne connaissait pas les balades et avait peur de l’environnement et des humains. Nous avons fait de courtes balades (pas n’importe où).

Il y a eu des périodes d’apaisement pour elle et nous, puis subitement davantage de « réactivité ».

Nous avons douté, énormément, et essayé de la placer en famille sans autre chien (mais qui veut d’un chien compliqué?). Notre autre chienne, d’une sensibilité à fleur de peau, qui a peur des congénères, s’est faite mordre par What. Elle a vécu des moments de peur intense, déclenchant des crises d’épilepsie.

Séparation du jardin en deux, réorganisation à la maison, et du calme, de l’écoute et de l’amour… (accessoirement aussi de la bouffe en grande quantité, What avait eu « l’habitude » d’avoir faim dans sa famille précédente).

Hier, avec un croisé labrador/rott d’amis que nous avons en garde 10 jours (qui voit peu de chien et ne comprend pas tout bien 😉 What A eu un COMPORTEMENT DE JEU! Maladroit, et bourrin, ok. Mais du JEU!

Elle a aussi montré cette semaine qu’elle pouvait faire « la police » : le labrador essaie de chevaucher souvent une autre chienne, et What va engueuler le gros, puis s’en va.

Merci à Odin d’être venu en vacances chez nous et d’être un révélateur!

Pas de protocole, pas de cage, pas de médicament, pas d’obéissance, pas de « tricks », pas de clicker, pas de récompenses, aucune redirection comportementale apparente, et pourtant… Ce petit « miracle » est le fruit d’un « simple » ajustement de notre part et d’une volonté de sécuriser What, de lui redonner confiance, de l’apaiser. TEMPS, PATIENCE, DOUTES, remises en question au quotidien, encore aujourd’hui, et encore demain.

Le lien qui nous attache, elle et nous, est très fort, elle est attentive à nous et semble en pleine confiance.

Et je ne vous parlerai pas de nos deux autres chiennes avec d’autres imposantes problématiques, avec lesquelles il faut aussi tricoter des ajustements au quotidien 🙂

La « rééducation comportementale », ce peut être fait simplement …Seules comptent l’envie et les compétences d’un animal humain bienveillant à s’ouvrir à la rencontre et à l’authenticité d’un animal non-humain.

Certains protocoles de rééducation (testés autrefois!), quelquefois généraux, souvent pas assez généreux, procéduriers et dans l’urgence, ne sont-ils pas parfois des obstacles à cette rencontre interespèce et éventuellement des freins à la résilience?

Catégories
Le mot des éducateurs

Bienvenue dans l’association Éthique et Chiens!

Retrouvez nos activités d’éducation canine en Savoie : prenez contact avec nos éducateurs !

Nous sommes d’abord des comportementalistes qui avons à coeur de vous conseiller pour une meilleure compréhension mutuelle entre humains et chiens.

Notre éducation canine est résolument moderne, amicale, bienveillante, et efficace.

Notre éthique nous fait bannir toute approche basée sur la peur, la violence, la contrainte ou la compulsion (l’addiction), et nous amène à définir avec vous un cadre cohérent et solide à l’intérieur duquel évolue le chien, qui vit dans un monde fait pour et par les humains.

Catégories
Le mot des éducateurs

Passoa, une mascotte idéale

Passoa est une lévrier espagnole, une “Galga”. Nous l’avons adoptée via une association qui permet à des galgos d’être adoptés en France après avoir été recueillis dans un refuge en Espagne, pour la plupart après des maltraitances dont l’horreur frôle l’inconcevable.

Passoa me semble être une mascotte tout à fait adaptée pour représenter ma vision de l’éducation canine, et plus généralement de l’éthique de respect mutuel que je veux promouvoir dans les relations entre humains et chiens, et plus généralement entre humains et animaux non-humains.

Elle a, comme de trop nombreux galgos, souffert de l’attitude parfois barbare d’humains indignes. Je ne sais pas si elle a été torturée à l’instar de nombre de ses congénères, je ne le saurai jamais. En tout cas, à son arrivée, Passoa ne savait pas faire confiance aux humains, ni ne semblait trouver un intérêt quelconque à notre compagnie et notre lieu de vie. Manifestement, une vie de chienne libre et autonome lui semblait plus appropriée ! Depuis elle a quand même trouvé que le confort des canapés et l’abri de la pluie en hiver sont des arguments sympathiques pour rester auprès de ces bizarres bipèdes … ceci dit, il serait aujourd’hui encore totalement irresponsable de la laisser “en libre” hors de la maison.

Et c’est là qu’intervient la seconde facette de Passoa : c’est une lévrier !
Pour qui ne connaît que les races de chiens de travail ou de berger, rencontrer un lévrier et en avoir les mêmes attentes est … disons … une expérience révolutionnaire de remise en question. Non, un lévrier (j’en ai 3 à la maison) ne cherche pas à se “rendre utile” . Un lévrier, c’est un chien à 2 positions seulement, “on” et “off” .
“Off”, c’est un sportif de canapé, qui ne demande qu’un maximum de confort et de sécurité, qui n’accorde sa confiance que du bout des pattes avec les étrangers, d’une gentillesse inconditionnelle avec ceux qu’il choisit, et d’une douceur incroyable envers les humains.
“On”, c’est un état d’excitation maximale, une déconnexion totale du cerveau cognitif en mode prédation, et une vitesse de déplacement hallucinante qui surprend. Récemment, une amie comportementaliste faisait la réflexion suivante : “Tu devrais apprendre à lâcher ta chienne, si elle se balade à 30m c’est pas grave”. Eh bien, 30m, Passoa les parcourt en … 1,8 secondes ? La route qui passe à 300m, elle la traversera dans 18 secondes si elle croit avoir vu une ombre se déplacer plus loin. Il en faut du “courage” pour détacher un lévrier dont la volonté de rester près de l’humain est sans cesse remise sur la balance coûts/bénéfices !
C’est un magnifique cadeau que me fait Passoa quand elle décide, sans que je la rappelle, de revenir vers moi dans un galop sautillant. Si je la rappelle, je perçois distinctement son “et j’y gagne quoi, moi, à revenir maintenant ?” .

Bref, vivre avec un lévrier, c’est comprendre toute la capacité d’autonomie, d’auto-détermination du chien, et que s’il souhaite collaborer avec les humains, il est aussi capable de choisir comment et quand. C’est comprendre que, en tant qu’humain, il est difficile de justifier de brider inconséquemment la liberté d’expression d’un chien. Bien sûr, il est des règles auxquelles la vie en société humaine impose de se soumettre sous peine de conséquences pénibles, voire désastreuses. Passoa a appris à patienter pour sortir ou rentrer dans le jardin (si, si, les premiers mois elle m’aboyait dessus de son cri suraigu pour me faire bouger…) , elle a appris à respecter le chat de la maison même s’il ressemble à un lapin, et tout un tas de choses encore, dont les promenades en semi-liberté munis d’une longe de 15m quand on sort ensemble du jardin.
Ce dont je suis fier aujourd’hui c’est que tout cela, elle l’a appris en toute indépendance grâce à mes indications et à son rythme, et pas grâce à un quelconque contrôle que moi, humain, j’exerce sur elle.

J’ai dû apprendre à lui faire confiance autant qu’elle à moi.
Nous avons dû apprendre à communiquer, chacun vers l’autre, mûs par désir ou bien par nécessité.

Merci, Passoa, de m’avoir fait prendre conscience que rien de ta part ne m’est dû. Tu m’as permis de changer de cap en matière d’éducation canine, et humaine.